Si ce message ne s'affiche pas correctement, vous pouvez le visualiser en ligne
  Newsletter n°10 - 21 février 2014
Edito

    Si l’art est une activité humaine interplanétaire, son concept varie selon les époques et les lieux, et par conséquent n’a pas toujours de fonction clairement définie. Peut-être pourra-t-on s’accorder sur le fait qu’il s’agit d’une activité propre à l’homme.     Par contre, l’art peut contribuer à faire progresser l’écologie humaine, en prenant soin de l’homme, de façon bienfaisante et épanouissante, comme le propose « Créative handicap » et « Mode et handicap… c’est possible ».
    Voilà ce que propose le Courant pour une écologie humaine : aborder les problématiques sous l’angle humain, mettre l’Homme, tous les hommes, spécialement lorsqu’il est fragile, au cœur des discussions et des décisions. C’est pour présenter cette pensée et cette pratique, que le Courant effectuera un « tour de France » dans les grandes villes, durant les mois d’avril et mai prochains.
 

Vos prochains rendez-vous

Les premières dates du tour de France des initiateurs du Courant

à TOULOUSE le 7 avril 2014 salle municipale Duranti avec Tugdual Derville

à BORDEAUX le 10 avril 2014 salle Municipale Gonffrand avec Tugdual Derville

à RENNES le 22 avril 2014 avec Gilles Heriard-Dubreuil

à NANTES le 24 avril 2014 avec Gilles Heriard-Dubreuil

Créative Handicap
 
    En 2004 Sylvie SANCHEZ fonde l'association Créative Handicap dont le but est de tisser des liens entre les personnes porteuses de handicap et les personnes valides par le biais de l'art.
    Constatant le peu d'initiatives qui s'adressent aux personnes handicapées, cette plasticienne fonde une association qui fait du handicap une force au travers de l'exercice de l'art.
    L’association propose des cours de peinture, sculpture de chocolat, tricot, dessin, origamis et bien d’autres activités encore. Animées par des plasticiens, ces ateliers ludiques permettent à des personnes valides de côtoyer des personnes handicapées. Créative Handicap mène également des opérations de sensibilisation sur le handicap auprès des entreprises qui visent à briser les tabous et à favoriser la mixité. Ainsi elle remplit son objectif d’ouverture à la différence.
    Cette association, qui fêtera cette année les dix ans de sa création, accueille aujourd’hui une cinquantaine d'élèves de tous âges et de tout handicap.
Sylvain


Sur notre site

Retrouvez les contributions sur l'art sur notre site 

 
L'artiste, témoin de la beauté cachée - par Avril de Perthuis
     « Comment penser un art humain qui donne à l’homme sa dignité tout en considérant son humble place dans la nature et [...] dans le mystère d’une transcendance qu’il pressent ? » >>Lire la suite

La mode au service du handicap

     Depuis 2006, l'association parisienne "Mode et handicap... c'est possible !" souhaite changer les mentalités via une ligne vestimentaire, A & K Classics. Celle-ci propose des vêtements à la mode et pratiques, pour personnes handicapées et valides.

    Le jeune styliste français Chris Ambraisse Boston rencontre un jour dans le métro une jeune femme handicapée, qui lui demande de penser à elles, personnes porteuses de handicap, à la recherche de vêtements élégants et en même temps fonctionnels.
    Elles ont en effet souvent des difficultés à enfiler leurs tenues ou à rester assises en fauteuil roulant avec des tenues classiques. Chris Ambraisse réfléchit pendant quelques mois. "Je connaissais peu le monde du handicap et j'ai rencontré des associations, des médecins, pour comprendre les problèmes des personnes handicapées" nous raconte-t-il de sa voix enjouée.
     Il crée en 2006 l'association "Mode et handicap", pour sensibiliser la société à cette question et concilier handicap et innovation artistique, via des défilés de mode, des conférences, des interventions dans des écoles. En 2009, c'est la création de la marque A & K Classics, versant commercial de la démarche. Les vêtements proposés sur un site web dédié privilégient un enfilage et un usage facile grâce à des fermetures éclair, des boutons pressions, des ouvertures transversales ou encore de grandes poches.
     Ils peuvent également être portés par les personnes valides, constituant pour l'instant la seule marque de vêtements "pour tous". La marque utilise beaucoup de produits issus du commerce équitable, comme le coton bio, et des modes de production peu polluants.
     Actuellement, les membres de l'association ont un local du 19e arrondissement de Paris. Les vêtements sont fabriqués en lien avec l'association Femmes A.C.T.I.V.E.S (Association pour la Création, le Travail, l’Initiative, la Valorisation des Echanges et des Savoir-faire) basée en Seine-Saint-Denis, qui fait travailler des personnes en insertion sociale et professionnelle.
     "Nous collaborons aussi avec un établissement scolaire de Garches : des personnes handicapées viennent travailler avec nous pendant deux ou trois mois, explique Chris Ambraisse. Ils cousent de façon adaptée, cela peut être avec une seule main. Nous avons actuellement une personne trisomique, ainsi qu'un jeune autiste que nous formons en vue d'un CAP Couture."
     L'association, qui bénéficie d'aides financières publiques et privées, fourmille de projets pour les prochains : la collection 2014 à lancer, une vente privée solidaire en avril, un défilé de mode au Trocadéro en avril ou mai, l'ouverture d'un point de vente à Paris ou encore le développement de la structure au Canada...
     A chaque fois, leur ligne de conduite est de rendre visible leur action et de montrer qu'une personne handicapée peut être belle, élégante et ne se réduit pas à son fauteuil ou à ses prothèses. "On ne fait pas cela uniquement pour l'argent, c'est sûr !" conclut Chris Ambraisse.


Propos recueillis par Solange

©Nicolas Pernot pour Mode et Handicap
Nouvelles du laboratoire d'idées sur l'art


L’atelier de travail Art et culture qui s’est réuni le 25 janvier dernier à Paris, s’est interrogé sur l'art comme bien commun ou objet de spéculation. La philosophe Joëlle Zask évoquant le lien entre la liberté individuelle et le principe de gouvernement a montré que ces principes pouvaient avoir des similitudes avec le marché de l'art. Définissant l'art comme "le développement d'une expérience qui trouve en elle-même son propre plaisir" elle a orienté le débat en dehors des conditions politiques et économiques d'exercice de l'activité artistique. Son approche a également conduit à éluder la question de l’usage des œuvres en elles-mêmes (usage décoratif, art sacré, glorification du pouvoir). Finalement quelles sont les relations possibles entre l’art et la société ? L'écologie humaine est un processus de dialogue entre différents points de vue. Force est de constater la diversité des dialogues possibles sur l’art et la difficulté à les faire converger vers un même but. Le Courant pour une écologie humaine est un réseau qui met l'homme au centre de l'action. Concernant le domaine artistique il recherche le bien commun dans les actions individuelles des artistes (œuvre, ateliers partagés …). Reste bien sûr à identifier les liens déjà tissés ou à développer entre société et artistes.

Pierre-Denis
Soutenez le Courant pour une écologie humaine !
Nous avons besoin de vous ! Faites un don !

Adressez votre chèque à l’ordre du Courant pour une Ecologie Humaine au : 12 rue Rougemont 75009 PARIS
⇒ Le Courant recrute des volontaires !
⇒ Impliquez-vous dans le Courant ! Nous avons besoin de
⇒ correspondants en particulier dans les Yvelines et à Bruxelles.
⇒ Rejoignez l’équipe nationale et agissez au sein du Courant !
⇒ Besoin de renforcer l’équipe d’organisation des premières Assises de l’Ecologie humaine, en novembre 2014. http://www.inscription-facile.com/form/rsncqoM9APPKvpXpuQK0

L'ECOLOGIE HUMAINE QUI SOMMES-NOUS ? LES THÈMES PARTICIPEZ CONTACT

Pour ne plus recevoir d'e-mails de notre part, vous pouvez vous désabonner en cliquant ici